Retour aux archives de A la une !
A la une du mois de janvier 2004
Vins de glace, vins de classe
Considérés comme les plus grands vins blancs blancs au monde, les vins de glace restent malheureusement inaccessibles au commun des mortels en raison de leur tarif prohibitif. Mais, en cette période de Noël, où tous les rêves sont permis, faisons celui de pouvoir, un jour, tremper les lèvres dans l'un des ses somptueux nectars.
Seppi Landman, figure emblématique du vignoble alsacien, s'est ainsi fixé comme objectif de ne jamais rater, hiver après hiver, l'occasion de produire des cuvées extraordinaires de sylvaner, riesling ou de gewurztraminer. La consultation du tarif 2003 du domaine Seppi Landman laisse ainsi apparaître des vins de glace aux côtés de ses célèbres et fameuses vendanges tardives ou sélection d grains nobles du Grand Cru Zinnkoepflé dont il est l'un des maîtres. Cette année, deux vins de glace sont toujours en vente : le Gewurztraminer Grand Cru Vendanges Tardives 1995 à 230 € et le Riesling Grand Cru Vendanges Tardives vin de glace 1990 à 200 €. Quelqu'un pourrait-il faire un don de 200 € à 20dalsace.com ??!

Les vins de glace sont produits à partir de raisins gelés sur la vigne. Lorsque la température atteint un minimum de -7°C, les grappes sont vendangées et aussitôt soumises au pressurage. Ce procédé permet ainsi d'en extraire un jus extrêmement concentré, puisque l'eau, encore contenu dans le fruit, y reste emprisonné à l'état solide.

Toutes les régions viticoles ne possèdent pas, bien sûr, les caractéristiques climatiques nécessaires à l'élaboration de ces vins à la richesse exceptionnelle. L'Alsace, réputée pour ses hivers rigoureux, fait partie de ces contrées susceptibles de produire de tels vins. Néanmoins, très peu de viticulteurs alsaciens se sont lancés sur cette voie. La pénibilité des vendanges, du pressurage et de la fermentation, les très faibles rendements obtenus et les difficultés du marché constituent sans doute les principaux facteurs de cette frilosité. Malgré toutes ses difficultés, un homme en Alsace a fait le pari de produire des vins de glace à chaque fois que les conditions le permettent.
La production de vins de glace en Alsace reste cependant très confidentielle et n'a rien à voir avec celle d'autres pays comme l'Allemagne, l'Autriche et le Canada, qui ont signé un accord en 2001 pour définir les conditions d'appellation "vins de glace".

De ces trois pays, c'est le dernier qui paraît aujourd'hui le plus en pointe et sûrement le plus décidé à imposer ses vins de glace au monde entier. Du vin a coulé sous les ponts depuis la médaille d'or obtenue au Vinexpo 1991 par le domaine Inniskillin pour son vin de glace Vidal 1989, le premier grand prix international offert à un vin canadien.


Depuis, d'autres producteurs, et en particulier ceux situés dans l'Ontario, se voient régulièrement récompensés dans le monde entier pour leurs vins de glace. En 2001, la seule médaille d'or décernée au concours riesling du monde organisé à Colmar a été attribuée à un vin de glace ontarien.


Mais la plus belle récompense que pouvaient recevoir les viticulteurs canadiens fut celle qui leur fut offerte le 27 février 2001par le Comité de gestion des vins de l'Union européenne qui ne s'est pas opposé à ce que soient apportées certaines modifications législatives permettant l'importation de vins de glace canadiens.

L'Ontario a donc désormais la possibilité de distribuer ses vins de glace en Europe et compte bien conquérir ce marché de luxe, à des prix qui tournent autour de 50-60 dollars canadiens la bouteille de 375 ml (soit 90 € la bouteille de 375 ml).

Et si les Canadiens parviennent à infiltrer le marché européen, il serait plus étonnant qu'ils réussissent à convertir les consommateurs à leurs extravagants cocktails à base de vins de glace, auxquels ils ajoutent du Martini, du gin ou de la vodka.

Qui oserez en Alsace couper un vin de glace avec du Cinzano, du vermouth ou un alcool blanc ?