Vendanges 2008 : un casse-tête
pour les vignerons ?

Comme chaque année à l’approche des vendanges – elles s’ouvriront le 25 septembre prochain pour les AOC  vins d’Alsace -, les commentaires vont bon train quant à la qualité du nouveau millésime et de son potentiel.

2007, rappelons-le, fut un cru exceptionnel en Alsace.

D’un point de vue quantitatif, l’Alsace a été l’une des rares régions viticoles au monde à avoir enregistré une hausse de sa production par rapport à 2006 (+6,5 %).

La qualité du 2007 est également remarquable, puisque tous les cépages ont tiré leur épingle du jeu, notamment grâce à une arrière-saison douce et ensoleillée, qui a d’ailleurs permis l’élaboration d’une quantité record de vendanges tardives et de sélections de grains nobles.

Dans un contexte de crise, l’Alsace s’est même offert le luxe de voir ses ventes à l’exportation croître de plus de 2%, aidée en cela par de nouvelles excellentes ventes de crémant.
Tous les voyants sont donc au vert mais le millésime 2008 suivra-t-il la même voie ?

Le premier élément de réponse a été apporté par Vinifhor, qui a publié une synthèse sur l’état du vignoble alsacien à la fin du mois de juillet. Les prévisions de récolte, évaluées à 1110 mhl, sont très légèrement en deçà de la production de 2007 (1159 mhl). L’état sanitaire a été jugé satisfaisant, même si l’oïdium a frappé certaines parcelles de manière importante et que la coulure – pour laquelle le muscat est le plus sensible  - a touché tous les cépages à des niveaux très variables. «Le débourrement a été observé de façon habituelle, aux alentours des 24 et 25avril. La floraison s’est étalée sur les trois premières semaines de juin de façon très hétérogène» précise également le rapport.
Le premier contrôle de maturité a quant à lui été effectué à la fin du mois d’août. Il s’avère que le potentiel d’acidité de tous les cépages, et en particulier du pinot gris, est l’un des plus remarquables de ces douze dernières années.

Voilà qui pourrait ainsi conduire à un millésime exceptionnel, si toutefois des conditions anticycloniques s’installent en Alsace tout au long du mois de septembre et en octobre.

Mais cette forte acidité peut être une arme à double tranchant et se montrer terriblement néfaste si les précipitations venaient à s’accumuler en début d’automne, d’autant que l’été, déjà bien arrosé, a conduit au gonflement des baies et à leur vulnérabilité.

La deuxième quinzaine de septembre et les premiers jours d’octobre s’annoncent plus que jamais déterminants pour la qualité du millésime 2008. En 2006, les foyers de botrytis s’étaient propagés à la vitesse grand V sous l’effet des pluies chaudes et les vignerons ayant vendangé tôt avaient finalement eu le nez creux. En 2007, au contraire, ceux qui avaient pris le risque d’attendre avaient fait le bon choix. Quelle stratégie faudra-t-il adopter cette année ? Le casse-tête ne fait que commencer.




   

A la une des mois de septembre - octobre 2008

Retour aux archives de A la une !