A la une du mois de février 2005

Retour aux archives de A la une !

Quand le pinot noir voit rouge

Considéré aux yeux du plus grand nombre comme un rosé passe-partout, le pinot noir d'Alsace peut, sous certaines conditions et pourvu qu'on s'en donne la peine, donner des vins rouges de grande qualité, à la fois fruités et bien charpentés. Si les vins rosés issus du pinot noir demeurent, et de loin, les plus nombreux sur le marché alsacien, les vins rouges semblent réellement retrouver une seconde jeunesse ces dernières années, eux qui furent produits dès le Moyen Age dans la région.

Conscient des potentialités du cépage et soucieux d'en tirer le meilleur parti, certains viticulteurs se sont lancés depuis plusieurs décennies dans la production de plus en plus exigeante de vins rouges, en utilisant même parfois certaines de leurs parcelles situées sur des grands crus pour en magnifier l'expression.

Si un décret rend théoriquement possible le classement du pinot noir sur quelques grands crus depuis le 24 janvier 2001, aucun n'a, à ce jour, reçu l'agrément. Cependant, certains grands crus paraissent susceptibles de prétendre à l'appellation.
Mais, pour l'heure, ces grands crus favorables au pinot noir - il y en a d'autres - restent méconnus du grand public et l'interdiction de l'appellation grand cru, qui a longtemps pesé - et qui pèse finalement toujours - sur le pinot noir, n'est certainement pas étrangère à cet état de fait.

Tout au plus, connaît-on vaguement le "Rouge de Marlenheim", le "Rouge d'Ottrott" ou encore le "Rouge de Saint-Hippolyte". Des appellations vieillottes, un peu "brut de décoffrage", qui ne donnent pas forcément envie.

A l'oreille, un pinot noir Grand Cru Vorbourg aurait bien sûr plus de portée qu'un pinot noir "V", nom sous lequel il est actuellement commercialisé, faute de mieux.

Mais ne nous emballons pas ! En matière de pinot noir vinifié en rouge, l'Alsace n'est pas la Bourgogne.

Les plus grands vins rouges alsaciens ne sauraient en effet égaler en qualité les plus grands vins de Bourgogne. De la même manière, et même si l'on trouve en Alsace de plus en plus de pinots noirs attractifs à tout point de vue, leur rapport qualité/prix n'atteint pas encore le niveau de leurs homologues bourguignons.

Une règle générale qui, comme toutes les règles générales, connaît bien sûr des exceptions. Les domaines Zind-Humbrecht, Deiss, Hugel, Muré, Fritsch - mais ce ne sont pas les seuls - figurent parmi les producteurs les plus en vue sur le pinot noir vinifié en rouge, mais force est de constater que leurs tarifs restent parfois prohibitifs pour la plupart des amateurs.

Des tarifs élevés qui s'expliquent par des très faibles rendements et par des tris drastiques qui écartent beaucoup de raisins.

En tout cas, ceux qui souhaiteraient se faire leur propre opinion sur la question peuvent se tourner vers le millésime 2003, actuellement en vente dans la plupart des domaines, un millésime aussi difficile qu'exceptionnel qui semble avoir réussi au pinot noir.

Evitons encore une fois de généraliser - car le vignoble alsacien est fait de cas particuliers - mais aux dires de nombreux viticulteurs, le pinot noir s'est parfaitement accomodé de la sécheresse de l'été 2003 et les vins rouges produits sur ce millésime sont d'une rare qualité.

Les vignerons semblent également unis pour dire que le 2003 s'avère très agréable à boire maintenant. En revanche, ils se montrent beaucoup plus prudents sur son potentiel de garde. Les pinots noirs 2003 ne seraient en effet pas destinés à vieillir longtemps en cave.

Voilà semble-t-il le bon moment pour nous tous de découvrir ou rédécouvrir ce cépage, en dégustant les pinots noirs 2003 vinifiés en rouge. Si vous avez dégusté ces dernières semaines un pinot noir 2003 qui vous a agréablement surpris, faites partager votre découverte à tous les lecteurs de www.20dalsace.com en nous écrivant. Nous retranscrirons vos impressions dans la rubrique Quoi de 9.

A vous de jouer !

C'est le cas par exemple du grand cru Steinklhotz, à Marlenheim, où le vin rouge y est réputé depuis des lustres, voire des siècles.

Le Hengst, à Wintzenheim, peut également offrir des rouges surprenants, comme ce Pinot Noir Vieilles Vignes du Domaine Barmès-Buecher, issu d'un rendement très faible.

Le Vorbourg, où règne en maître le domaine René Muré, à Rouffach, donne également des vins assez majestueux à partir de ce cépage.
La révolution du pinot noir , si elle a véritablement eu lieu dans l'obscurité des caves alsaciennes, reste encore à faire au niveau réglemenentaire et dans l'esprit du consommateur.