A la Une du mois de Décembre 2004

Joyeux Millésimes et Bonnes Années !

A l'aide de différentes sources (guide Parker, guide Hachette, guide Bettane, «Les Vins d'Alsace, histoire d'un vignoble» de Claude Muller et «Les Grands crus d'Alsace» de Serge Dubs) et en réalisant la synthèse de leurs informations, 20dalsace.com a tenté de déterminer la liste des dix millésimes les plus exceptionnels des trente dernières années en Alsace.

Tous ces experts sont unanimes à considérer l'année 1976 comme l'une des plus exceptionnelles du XXe siècle en Alsace.

«L'été fut particulièrement sec», annonce Charles Rentz, à Zellenberg, dans l'excellent ouvrage de Claude Muller*, précisant même qu'«il ne tomba pas une goutte de mai à septembre. La récolte fut très bonne qualitativement».

Dans les années 70, le millésime 1971 a également marqué les esprits. «La récolte est petite», avoue Albert Seltz, à Mittelbergheim, «mais le vin par sa qualité est l'un des plus grands du siècle».
1976
L'Epopée des Verres à Saint-Etienne

Il faudra ensuite attendre douze longues années et l'année 83 pour retrouver une qualité équivalente en Alsace. «Les vins sont prometteurs et resteront sans doute parmi les meilleurs des cent dernières années», assure Louis Baur à Voegtlinshoffen.

Les avis divergent sur l'année 1985 : l'un des quatre ou cinq meilleurs millésimes des quinze dernières années selon Robert Parker, une note de 19/20 pour Hachette, mais pas une année exceptionnelle pour Serge Dubs et une année décrite comme moyenne dans le livre de Claude Muller.

1983
Qui a dit que 1983 était un millésime à la Noah ?
A la fin des années 80, l'Alsace entre dans ce qu'on appellera par la suite «Les Trois Glorieuses», composées des années 1988, 1989 et 1990, toutes trois exceptionnelles, avec peut-être un bémol pour le 1988, moins «concentré et moins spectaculaire» que les deux autres selon Robert Parker.

En 1989, Raymond Baltenweck, à Ribeauvillé, «n'a jamais vu personnellement un niveau de qualité aussi élevé, même en 1976 !». Robert Parker trouve quant à lui que les 1989 ressemblent aux 1983. 1990, dernière année des Trois Glorieuses, a particulièrement souri aux rieslings selon Robert Parker et égalent en qualité les 1983, 1985 et 1989 (d'autres sources se montrent moins impressionnées par cette année 1990).

La décennie 1991-1999 est peut-être la moins cotée du dernier demi-siècle et le millésime 2000 mettra enfin un terme à cette longue série d'années anodines.

Concernant les deux derniers millésimes - 2003 et 2004 -, le premier restera comme une année atypique et même inclassable selon certains. Les pinots en général et les pinots noirs en particulier semblent être les cépages qui ont le mieux tiré partie des conditions climatiques exceptionnelles de cette chaude année 2003.

Quant à l'année 2004, il est encore tôt pour pouvoir en juger. Après un été très moyen, les trois premières semaines de septembre, très ensoleillées, ont redonné du baume au coeur aux vignerons alsaciens. 2004 : une (bonne ?) affaire à suivre.

La sélection finale de 20dalsace.com concernant les plus grands millésimes (par ordre chronologique) :
71-76-83-85-88-89-90-2000
Numéros complémentaires (pour les années antérieures) : le 59 et le 67.

Le Grand Bleu dans les salles
De Grands Blancs dans les caves
1988
* Toutes les citations des viticulteurs sont issues du livre «Les Vins d'Alsace, histoire d'un vignoble» de Claude Muller (Editions Coprur, 192 p.,1999). Possibilité d'achat en ligne sur le site de la FNAC : cliquer ici



   
Retour aux archives de A la une !